logotype-visa-line logotype-visa-line logotype-visa-line

Ce reportage montre la militarisation progressive de l’Arctique, des vestiges de la guerre froide à la présence militaire renforcée aujourd’hui. Les changements dans cette région ont été exacerbés par plusieurs facteurs et notamment le réchauffement climatique. Ce projet au long cours étudie la montée des tensions géopolitiques ainsi que l’évolution des conditions de vie des communautés autochtones dans l’un des environnements les plus hostiles de la planète.

Ce réveil d’intérêt pour l’Arctique s’explique en partie par la perspective qu’avec la fonte des glaces, d’importantes ressources naturelles et de nouvelles routes maritimes feront bientôt partie d’une nouvelle économie du Nord. De nombreux pays intéressés par ces opportunités économiques cherchent donc à revendiquer cette nouvelle frontière géographique.

L’Arctique vit actuellement un moment unique de son histoire. En 2007, la Russie a envoyé un sous-marin planter son drapeau dans le fond marin situé sous le pôle Nord, déclenchant ce qu’on appelle désormais la nouvelle guerre froide. L’une des premières manifestations des activités militaires contemporaines dans l’Arctique remonte aux années 1950, lorsque les États-Unis et le Canada y construisirent une série de stations radars, le Réseau d’alerte avancé (Distant Early Warning Line), afin de pouvoir détecter tout missile ou bombardier survolant la région. Plus récemment, les nations de l’Arctique – à savoir le Canada, la Finlande, le Groenland (via le Danemark), l’Islande, la Norvège, la Suède, la Russie et les États-Unis –, ainsi que d’autres pays ayant des intérêts économiques dans la zone tels que la Chine, ont augmenté leurs capacités militaires et logistiques pour sécuriser l’accès à la région et y asseoir leur souveraineté.
Certains pays cherchent même à étendre leurs revendications territoriales jusqu’au pôle Nord. Les tensions politiques autrefois Est-Ouest incluent désormais le contrôle politique et militaire du Nord. Certes, il ne s’agit pas d’un conflit armé en Arctique, mais les militaires sur le terrain se préparent aujourd’hui à évoluer dans l’un des environnements les plus inhospitaliers de la planète, où l’ennemi le plus redoutable est le froid hivernal.

Pour moi, l’Arctique appartient au domaine de l’inconnu, de l’imagination. On se le représente souvent à travers des cartes, des photos clichés de banquise et d’animaux, des stéréotypes dépassés sur les peuples autochtones ou des statistiques scientifiques. L’Arctique est aussi une page vierge pour de nombreux récits inventés afin de nourrir ces visions fantasmées. J’aimerais faire changer ces perceptions et susciter une prise de conscience. Mon travail nous encourage à nous poser des questions sur une région si essentielle de notre planète qui va redéfinir non seulement notre environnement mais aussi nos idées et nos stratégies de sécurité face au réchauffement climatique.

Louie Palu

Reportage réalisé grâce au soutien de la John Simon Guggenheim Memorial Foundation et du Pulitzer Center.

https://www.nationalgeographic.com/environment/2018/10/new-cold-war-brews-as-arctic-ice-melts/
Avec l’aimable concours de National Geographic.
Un numéro spécial consacré à l’Arctique est paru en septembre 2019.

Louie Palu

portrait_palu.jpg
Suivre sur
Voir les archives

Exposition suivante

Ed Jones Les deux Corées – Voyage à travers la péninsule

jones_korea_044.jpg