Plan de travail 5 Plan de travail 2 Plan de travail 6

Le 25 mai 2020 à Minneapolis, George Floyd, un Afro-Américain, est interpellé par quatre policiers car il est soupçonné d’avoir utilisé un faux billet de 20 dollars. Il est ensuite maintenu brutalement au sol par trois policiers, provoquant sa mort par asphyxie. Pendant 8 minutes et 46 secondes, l’un d’eux, Derek Chauvin, maintient la pression sur le cou de George Floyd tandis que celui-ci supplie plus de vingt fois : «I can’t breathe.»

Une forte mobilisation a suivi cette nouvelle affaire de violences policières contre des Afro-Américains que dénonce depuis longtemps, entre autres, le mouvement Black Lives Matter. Nous avons demandé à quatre quotidiens américains – Los Angeles Times, The Sacramento Bee, The New York Times et The Washington Post – de sélectionner leurs images les plus emblématiques du mouvement.

Los Angeles Times Après l’assassinat de George Floyd, des manifestations massives ont eu lieu pour dénoncer les violences policières et soutenir le mouvement Black Lives Matter, non seulement aux États-Unis mais dans le monde entier. Très vite, cette mobilisation a fait passer au second plan toute autre actualité pour devenir l’un des sujets les plus importants de l’année. Par leur ampleur, ces manifestations ont été particulièrement difficiles à couvrir. La mission des photojournalistes du Los Angeles Times a été de traduire en images toute la complexité de cette actualité, principalement dans le sud de la Californie mais également dans le Minnesota. Face à l’étendue de la mobilisation, nos journalistes ont dû anticiper, prévoir où auraient lieu les prochains événements, suivre une actualité en constante évolution pour être sur le terrain au bon endroit au bon moment. Ils ont su avec talent saisir les moments clés, l’émotion et la passion des manifestations, la réponse de la police et les conséquences des affrontements. Tout en restant des observateurs objectifs, ils se sont exposés à de grands risques pour rapporter des images fortes qui témoignent de la lutte dans les rues. Le résultat de leur travail est impressionnant.

The New York Times Une vague de manifestations a secoué les États-Unis pour dénoncer le racisme systémique et les violences policières après l’assassinat de George Floyd le 25 mai à Minneapolis. Une vidéo largement partagée montrant le policier Derek Chauvin qui appuie son genou sur le cou de George Floyd pendant près de neuf minutes a suscité un tollé et la condamnation a été immédiate. Les manifestations qui ont commencé à Minneapolis ont rapidement gagné New York, Washington et Los Angeles, puis Ferguson dans le Missouri, Tampa en Floride et Tulsa en Oklahoma. Des personnes sont descendues dans la rue par milliers pour demander justice pour George Floyd et soutenir le mouvement Black Lives Matter. Les manifestants se sont affrontés avec les forces de l’ordre, parfois violemment, et souvent dans des villes où le confinement était imposé pour enrayer la pandémie de coronavirus. Les quatre policiers impliqués ont été démis de leurs fonctions et inculpés. Derek Chauvin a finalement été accusé de meurtre au deuxième degré et d’homicide involontaire. Pour la plupart pacifiques, des manifestations ont continué pendant un deuxième week-end et six journées de commémorations en hommage à George Floyd, à Minneapolis (Minnesota), Raeford (Caroline du Nord) et à Houston (Texas) où il a été enterré le 9 juin. Depuis la mort de George Floyd, des manifestations ont eu lieu dans des centaines de villes américaines et à travers le monde. Les photographies ont été réalisées pour The New York Times par Juan Arredondo, Victor J. Blue, Simbarashe Cha, Chloe Collyer, Whitney Curtis, Bryan Denton, Demetrius Freeman, Ruth Fremson, Todd Heisler, Chang W. Lee, Michael A. McCoy et Joshua Rashaad McFadden. Édité par Meaghan Looram et Beth Flynn.

The Sacramento Bee À Sacramento, en Californie, les manifestations déclenchées par l’assassinat de George Floyd par la police de Minneapolis semblent préfigurer une « révolution » alors que les membres du mouvement Black Lives Matter et une grande partie de la population appellent à une réforme de la police. Ces images fortes témoignant d’histoires personnelles qui parlent de justice et d’espoir ont été réalisées par une équipe de photojournalistes pour The Sacramento Bee : Renée C. Byer, Paul Kitagaki Jr., Daniel Kim, Xavier Mascareñas et Jason Pierce. La mobilisation au nom de Black Lives Matter a parfois compté jusqu’à mille rassemblements quotidiens. Pour la ville de Sacramento, capitale de l’État de Californie, ce sont les manifestations les plus importantes, et parfois les moins maîtrisées, contre les violences policières qui se succèdent depuis plus de deux ans, c’est-à-dire depuis le meurtre de Stephon Clark, abattu par la police de Sacramento. Voici une sélection d’images qui rendent compte des manifestations et émeutes qui ont éclaté à travers tout le pays après la diffusion de vidéos montrant George Floyd maintenu au sol par plusieurs policiers de Minneapolis. Alors que l’un d’eux plaque son genou sur le cou de Floyd, celui-ci le supplie de le relâcher parce qu’il n’arrive plus à respirer. Le quatrième jour de manifestations, la Garde nationale de Californie est déployée à Sacramento pour répondre aux incidents violents et aux débordements. Des commerces sont vandalisés et pillés. La police fait usage de gaz lacrymogène et tire des balles en caoutchouc. Le vendredi 5 juin 2020, Black Lives Matter Sacramento met en scène une série de « die-ins » sur Florin Road, tout près de la maison de Darrell Steinberg, maire de la ville. Plus de 2 000 personnes allongées sur le sol simulent la mort pendant 8 minutes et 46 secondes. Le temps pendant lequel George Floyd a été maintenu au sol par les policiers. Le soir, des milliers de personnes descendent une nouvelle fois dans les rues de Sacramento pour condamner les meurtres d’Afro-Américains par les forces de l’ordre, tandis qu’à travers le pays les appels à une réforme de la police se font de plus en plus pressants.

The Washington Post Dans les heures qui ont suivi la diffusion de la vidéo des dernières 8 minutes et 46 secondes de la vie de George Floyd alors qu’il était maintenu au sol par plusieurs policiers, il ne faisait aucun doute que cette nouvelle mort documentée d’un homme noir aux mains de la police serait différente de toutes celles qui ont secoué le pays ces dernières années. Rapidement, les manifestations à Minneapolis se sont répandues à travers les États-Unis et dans le monde au nom du mouvement Black Lives Matter pour dénoncer toutes les injustices subies par les personnes de couleur. The Washington Post a mobilisé ses photographes dans le Minnesota, mais aussi à Houston, Los Angeles, New York et dans de nombreuses autres villes des États-Unis, ainsi que près de chez nous, dans la capitale du pays où la Maison Blanche, habitée par le président Donald Trump, est devenue pour beaucoup le symbole des inégalités que ce nouveau mouvement civique combat. Olivier Laurent