Dhaka, l’une des villes les plus saturées au monde, est encerclé par cinq rivières poubelles dont la survie ne tient plus qu’à un fil. L’essor d’industries polluantes, l’explosion démographique et la misère qui l’accompagne, l’absence de planification urbanistique, la corruption associée à une indifférence pour l’environnement, provoquent aujourd’hui un désastre écologique quasiment irréversible. La rivière Buriganga, qui coule au sud de la ville, était considérée depuis des siècles comme une « ligne de vie » pour la capitale bangladaise. À présent, et comme d’autres rivières entourant la ville, la Buriganga est anéantie.

Gaël Turine

portrait_turine.jpg
Voir les archives

Exposition suivante

Noël Quidu Syria on my mind

quidu_syrie_004.jpg