New York, 14 février 1949 – Paris, 19 mai 2017

Entre ses photos de mode, au début de sa carrière, sa couverture de tout l’univers rock et punk en Californie, puis sa conversion au photojournalisme, l’œuvre de Stanley Greene est immense.

Il a arpenté le monde et tous ses conflits. Syrie, Irak, Afghanistan, Ukraine… en faire ici une liste exhaustive se révélerait fastidieux. Il a en particulier été engagé sur la Tchétchénie, et nous ne saurions trop vous conseiller son remarquable livre, Plaie à vif, sur ces si nombreuses années où il n’a cessé de dénoncer les dommages sur les populations civiles.

La guerre, toutes les guerres, Stanley Greene voulait nous en montrer l’horreur, quels que soient le pays, le climat, les causes qui les ont entraînées…

Alors nous avons pris le parti de vous montrer quelques-unes de ses photos, choisies en toute subjectivité. Pour vous donner l’envie de mieux connaître son travail. Pour vous laisser imaginer l’homme qu’il était, avec toutes ses convictions, ses doutes, ses engagements. Et son cœur immense.

Jean-François Leroy Le 12 juin 2017

Exposition produite par L’Arche du Photojournalisme

Stanley Greene

portrait_greene_par_jean_franc_ois_leroy_.jpg
par Jean-François Leroy
Voir les archives

Exposition suivante

Sarah Caron Inchallah Cuba !

caron_islamcuba_002.jpg