« Dans ma jeunesse, je n’aimais pas les idoles. J’acceptais à peine les conseils d’un Mentor, me méfiais de l’influence d’un Maître. Je n’ai jamais adhéré à aucune cause collective. J’étais anar. Avec ce handicap pour réussir dans la vie, j’ai fait ce que j’ai fait, comme j’ai voulu, avec bonheur, parfois même avec succès.

Le 6 janvier 2015, j’avais un rendez-vous important. Jean-François Leroy, le directeur de Visa pour l’Image - Perpignan, me recevait pour examiner un sujet : l’intimité des créateurs d’Hara-Kiri, ceux qui ont fait Charlie Hebdo. L’entretien se passa bien. Mes photos lui rappelèrent sa jeunesse, les couvertures du mensuel sur les murs de sa chambre d’adolescent. Il conclut : « Le problème, c’est que c’est un sujet franco-français. Le festival est international. Je vais réfléchir et je te rappelle en avril. »

La suite, vous la connaissez. Le 7 janvier, le monde était devenu Charlie.

J’ai demandé à Xavier Lambours, mon ami de jeunesse, de me rejoindre pour faire cette exposition et le livre dont nous rêvions depuis dix ans. Dans les années 1970, nous avions commencé ensemble à photographier la société, les gens des rues, le métro, les boîtes branchées du Palace et des Bains Douches, le Paris en travaux. Et nous avons fait notre éducation dans le ventre d’Hara-Kiri. C’est l’association de nos regards – avec le talent des contributeurs littéraires – qui fait la richesse de cette exposition. »

Arnaud Baumann

Arnaud Baumann est représenté par Sipa Press et Xavier Lambours par Signatures. Ce projet commun est diffusé par Signatures.

Xavier Lambours

portrait_baumann_et_lambours_par_xavier_lahache.jpg
Suivre sur
Voir les archives

Arnaud Baumann

portrait_baumann_et_lambours_par_xavier_lahache.jpg
Suivre sur
Voir les archives