Obscurité, chaleur, poussière, vapeurs d’arsenic, manque d’oxygène… les conditions de travail des mineurs de Potosí semblent ne pas avoir changé depuis cinq siècles. En 1545, les Espagnols ont trouvé ici ce pour quoi ils avaient entrepris leur traversée vers le Nouveau Monde : l’argent. Le Cerro Rico (la montagne riche) renfermait en son sein le plus grand gisement jamais découvert. Aujourd’hui encore, des milliers de mineurs, souvent des paysans indiens qui abandonnent la terre qui ne les nourrit plus, viennent braver les dangers et la maladie dans l’espoir d’une vie meilleure. Ils comptent sur les bonnes grâces du Tio, divinité tutélaire d’argile à la fois vénérée et redoutée, pour leur révéler le filon qui mettrait fin à des siècles de pauvreté, en échange de leurs offrandes… et parfois de leur âme.

Avec le soutien du Centre national des arts plastiques (Fonds d’aide à la photographie documentaire contemporaine) et du Figaro Magazine

Miquel Dewever-Plana

portrait_dewever_plana_estelle_le_sage_fougere.jpg
© Estelle Le Sage Fougère
Suivre sur
Voir les archives

Exposition suivante

Catalina Martin-Chico Colombie : (Re)Naître

martinchico_colombie_001.jpg